La guerre de cent ans

( 1337 à 1453)

Les débuts de la guerre de cents ans.

 

A. Un problème de succession

Sous le règne de Philippe le Bel, le royaume de France est le plus puisant d’Europe. Le roi tient tête au Pape. Avec ses successeurs, le royaume entre dans une d’épreuve.

En 1328, Charles IV, fils de Philippe le Bel, meurt sans héritier mâle. Les grands seigneurs du royaume désignent pour lui succéder un cousin germain du roi, Philippe VI de Valois.

(Voir l'arbre généalogique)

Mais le roi d’Angleterre Edouard III, petit-fils de Philippe le Bel, est l’héritier le plus direct par sa mère. Il prétend être le roi de France le plus l légitime. Commence alors une guerre qui dure plus de cent ans.

B. Le royaume de France est déstabilisé

En 1346, à la suite d’un raid anglais, les chevaliers français sont mis en déroute à Crécy. L’année, la ville de Calais dois se rendre aux Anglais.

En 1356, la chevalerie française est de nouveau écrasée à Poitier par le fils Edouard III, le Prince Noir (à cause de la couleur de son armure). Le Jean II le bon est fait prisonnier, ainsi qu’une grande partie de la noblesse.

En 1360, le traité de Brétigny retire au roi la suzeraineté de tout le Sud-Ouest du royaume.

Les revenus du domaine royal ne suffisent plus au roi. Depuis Philippe le Bel, on convoque des assemblés, appelées Etats généraux, au cours desquelles seigneurs laïcs, seigneurs d’église et grands bourgeois accordent des aides extraordinaires. Le roi recoure à la fausse monnaie : il en diminue la pare de métal précieux ou aloi. En 1351, les monnaies du roi changent dix-huit fois de valeur.

L’alourdissement des impôts et la captivité du roi provoque des troubles. En 1358, le prévôt des marchants de Paris, Etienne Marcel, prend la tête d’un soulèvement des habitants de la ville ; il envahit avec eux le palais royal, massacre deux officiers et menace le dauphin Charles qui remplace le roi prisonnier. Il appel aux Anglais mais il est assassiné.

C. Un redressement momentané

Le dauphin, devenu roi sous le nom de Charles V, redresse momentanément la situation. Aidé par Du Guesclin, il lance une guerre de résistance contre les Anglais qui ne tiennent plus, en 1380, qu’une partie de la Guyenne et quelques ports. Mais les victoires de Charles V sont lendemain.

 

Chaput Hugo 5E

Combeau Julien 5E

 

Sommaire